À petit pas, apriori, le trésor de la ville de Montauban

par Didier Décomps

 

Il y a dans le grand Montauban
Un petit coin du centre que je ne connaissais pas.
J’habitais la ville depuis trois à quatre ans.
J’étais drôlement enthousiasmé par le cœur de la ville,
Il avait fait battre le mien à bonne vitesse.

Les bâtiments culturels et administratifs m’étaient relativement
Familiers ainsi malgré des années de marches.
Une partie de la rue Jules-Michelet m’était restée inconnue
Et quand bien même,
Je passais devant, je n’insistais pas, je faisais demi-tour.
Pour deux raisons, me dis-je : elle me semblait trop étroite et triste.
Mais voulant mettre cela pour des aprioris
Je me décidais à la traverser, mais pas tout de suite.
En effet, à cette époque j’étais en quête d’un appartement,
Et habitué au changement de logement,
J’étais à la recherche d’agence immobilière.
Je décidais de la visiter de l’autre côté.
Une semaine plus tard, j’avançais dans la rue à petit pas, rien ne se passait.
Sauf un magasin que j’avais remarqué : c’était un commerce de photocopie.
Je me sentais intrigué. Comme charmé. Plusieurs émotions me traversaient l’esprit.
Puis un jour, je me souviens qu’il faisait beau et qu’il y avait un peu de vent,
Je revins dans la rue.
Et là, je trouvais cette petite rue formidable et mieux encore :
Il y avait une agence immobilière. Beaucoup plus tard.
J’y suis entré. J’ai aimé les affichettes.
L’espoir est revenu.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email