Atelier d’écriture : « Il y a une histoire dans cette rue »

Je vous propose ce jeu, cette expérience : cet atelier d’écriture à distance. Tout ce que j’ai à vous dire, pour vous accompagner dans ce jeu, est dans la vidéo ci-dessous.

Quand vous l’aurez déjà vue, n’hésitez pas à la revoir directement sur YouTube grâce à ce lien, pour utiliser le sommaire interactif et accéder directement au passage que vous voulez revoir. La suite de cet article reprend grosso modo le contenu de la vidéo, et indique les liens pour télécharger ou consulter les références citées.

Les règles du jeu

L’objectif : écrire une histoire brève, qui se déroule dans un lieu que vous connaissez.

Je tiens à ce mot : une « histoire ». Ce mot est suffisamment vaste pour vous permettre d’écrire une histoire réelle, vécue, ou imaginaire. Dans tous les cas, quel que soit votre choix, je voudrais que vous écriviez une histoire situés à la frontière du souvenir et de la fiction.

Le lieu où cette histoire se passe, c’est une rue, à Montauban.

Je crois à cette pratique de la création sous contrainte : pour jouer un jeu, il y a toujours des règles à respecter. Je vous donne donc quelques contraintes, qui sont les règles du jeu.

La contrainte principale, ce n’est pas moi qui vous la donne : c’est le contexte dans lequel nous vivons actuellement : le confinement. Vous allez écrire au sujet d’une rue dans laquelle vous ne pouvez pas vous rendre en ce moment. Vous allez donc être obligés de vous fier à deux sources documentaires :

  • votre mémoire ;
  • les images de Google Street View.

Dans votre mémoire, vous trouverez des images, des sensations, des impressions, des couleurs, des sons, le souvenir de choses que vous avez faites dans ce lieu. Ces détails vous appartiennent, ils sont uniques parce qu’ils sont liés à votre sensibilité.

Sur les images de Google Street View, vous ne retrouverez rien de tout cela. Vous verrez une réalité soi-disant objective, c’est-à-dire que vous verrez ce même lieu, mais non plus déformé par votre sensibilité, mais déformé par le traitement froid et automatique du robot de Google.

Accédez à Google Street View

Ces images de Street View ne sont pas la réalité, elles sont une version possible de la réalité. Les lieux sont figés tels qu’ils étaient au moment du passage de la voiture Google, parfois il y a plusieurs années (vous pouvez d’ailleurs, le plus souvent, remonter le temps, en choisissant l’année du passage de la voiture Google dans le menu). Il y a quelque chose de dérangeant et de fascinant à la fois dans ces images, à cause des personnes qui sont capturées à leur insu, dont les visages sont floutés, comme des fantômes. Elles me font penser à ces photos anciennes, lorsque les temps de pose étaient très longs, et que les personnes qui ne savaient pas quelles étaient photographiées ne prenaient pas la pose, et bougeaient. Elles apparaissent alors floues, comme des fantômes.

 

Dans cet atelier, il ne s’agit pas d’écrire seulement une description, mais de raconter une histoire. Et c’est du décalage entre ces deux sources (votre souvenir et Street View) que va naître une histoire.

Je voudrais vous faire lire trois extraits de textes où il est question de décalage, justement. Décalage dans le temps, dans la mémoire, décalage entre le lieu observé dans le présent et le lieu du souvenir, ou de l’absence de souvenir. Décalage, également, entre le temps de l’écriture et celui de la lecture. L’écriture, c’est aussi cela : un rapport permanent à l’absence et à la présence. Au temps, à la disparition.

Les références

Les textes que je vous propose à télécharger ici en PDF :

  • un extrait de W ou le souvenir d’enfance de Georges Perec
  • un extrait de mon prochain roman : Les présents
  • un extrait de La ville soûle de Christophe Grossi
  • le quatrième extrait est encore de Georges Perec, dans Espèces d’espaces : je vous le propose parce qu’il pose toutes les questions qui pourront vous guider lorsqu’il s’agira de décrire votre lieu.

Puis, à propos de Google Street View, je vous invite à visiter :

Il ne s’agit pas de prendre ces textes comme modèles, mais seulement de s’imprégner des sensations qui sont décrites. Ce que vous allez écrire ensuite, vous, sera tout à fait différent de ce qui est écrit dans ces textes.

C’est maintenant que vous commencez à jouer. Voici les règle du jeu, dans l’ordre :

1re étape : le lieu

Choisissez une rue, située à Montauban. Ne la choisissez pas au hasard : je souhaite que cette rue soit importante pour vous. Soit parce que vous la connaissez bien, soit parce qu’elle est liée à un souvenir précis. Je souhaite que cette rue soit _votre_ rue.

2e étape : décrire cette rue

Sur une feuille, notez des mots, des bribes, des phrases. Il ne s’agit pas encore de construire un texte, mais de jeter des idées, des impressions, des sensations. Des détails. Inspirez-vous de la liste proposée par Georges Perec dans Espèces d’espaces.
Séparez votre feuille en deux parties.
Sur l’une, faites ce jeu à partir de votre souvenir : décrivez la rue de mémoire. Notez aussi des événements, des souvenirs qui y sont liés.
Sur l’autre partie, décrivez ce que vous voyez sur Google Street View. Notez en particulier les différences, les choses qui vous étonnent, qui vous dérangent. Prêtez attention aux personnages. À ce qu’ils sont en train de faire. À leurs visages flous. Que ressentez-vous, en redécouvrant votre rue sur ces images virtuelles ? Est-ce amusant ? Fascinant ? Dérangeant ? Ennuyeux ?

3e étape : écrire au conditionnel

« On serait des bandits » : lorsqu’il jouent, les enfants parlent au conditionnel. Jouons, nous aussi. Écrivez sur votre feuille une série de phrases au conditionnel, en répondant à ces questions : On serait en train de se promener dans cette rue. Que verrait-on ? Les personnages flous aperçus sur Street View, qui seraient-ils ? Que seraient-ils en train de faire ? Où iraient-ils ? Leur parlerait-on ? Irait-on au même endroit qu’eux ?
Même chose à propos de la rue que vous avez en mémoire. Qu’avez-vous fait dans cet endroit ? Qu’auriez-vous pu faire ? Que feriez-vous si vous la parcouriez à nouveau ? Ou iriez-vous ? Pourquoi ?

4e étape : identifier votre sujet

Sur votre feuille, vous avez noté beaucoup de choses. Certaines de ces choses vous intéressent plus que d’autres. À vous de choisir, désormais ! Identifiez les points les plus importants pour vous :

  • dans vos descriptions, quels détails vous intéressent vraiment ? Laissez de côté tout ce qui ne vous intéresse pas
  • dans l’observation de Street View, quels sentiments avez-vous éprouvés ? Gardez-les pour donner une couleur à votre histoire
  • parmi les événements que vous avez listés (choses réellement advenues dans vos souvenirs et/ou imaginées à partir de Street View), quels sont ceux que vous avez vraiment envie de raconter ?

5e étape : écrire votre histoire

Maintenant, vous avez identifié votre histoire. À vous de l’écrire, en quelques lignes.
Vous pouvez chercher un titre dès maintenant, si vous voulez. Parfois, cela aide à écrire l’histoire, comme un guide.
Le résultat sera bref et très simple : ce sera un récit à cheval sur le souvenir et la fiction, car tous les récits sont toujours à la frontière du réel et de l’imaginaire, qu’on le veuille ou non. À vous de choisir de pencher un peu plus d’un côté, ou de l’autre.

Le texte prendra cette forme :

  • un titre
  • le lieu, clairement identifié
  • un texte narratif bref, racontant l’événement de votre choix.

Finalement, vous voyez : le sujet est assez libre. Mais il était important pour moi de vous expliquer d’abord ces références, et ces méthodes que je vous propose. Elles vous donnent un guide, des pistes. Ces pistes étant communes à tous les participants de l’atelier, elles donneront une sorte d’unité aux textes qui, par ailleurs, seront très divers entre eux, parce que vous aurez puisé vos idées dans vos souvenirs personnels, et dans ce que vous aurez vu et ressenti, vous, sur les images que vous aurez exploré.

Chaque petit texte sera comme une pièce du puzzle. Ils seront publiés, tous ensemble. Et c’est l’assemblage de toutes ces histoires, ancrées dans plusieurs époques, dans différents lieux de Montauban, dans le souvenir et dans la fiction, qui constituera le puzzle. C’est donc bien un jeu, que je vous propose de jouer avec moi.

6e étape : Envoyer votre texte

Pour partager votre histoire avec Antonin Crenn et les lecteurs du « Journal de la résidence », votre texte doit :

  • être d’une longueur comprise entre 2000 et 4000 signes environ
  • être envoyé par mail à contact@residence-ecriture-montauban.org  avant le 6 mai 2020
  • être signé du nom ou pseudonyme tel que vous voulez le faire apparaître lors de sa publication

L’envoi de votre texte implique que vous acceptez qu’il soit diffusé dans le cadre de la résidence d’écriture « Tisser la mémoire, une histoire sans fin », et notamment sur le blog residence-ecriture-montauban.org. Cette publication ne fera l’objet d’aucune rémunération ultérieure. Vous restez bien sûr entièrement propriétaire de votre texte.

Conformément à la règlementation générale relative à la protection des données personnelles (RGPD), vous pouvez exercer votre droit d’accès, de modification, de suppression, de limitation, d’opposition ou de portabilité, en écrivant à contact@residence-ecriture-montauban.org ou à dpo-ville@ville-montauban.fr.

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email