Notes sur la rue de l’Hôtel-de-Ville

par Timothée Decomps

 

Un écrivain venu de Paris vient réaliser un livre sur les monuments historiques et culturels de la rue de l’Hôtel-de-Ville de Montauban.

Il voulut commencer par le célèbre musée Ingres, il entra et acheta son ticket. Il choisit de commencer par le deuxième étage pour finir par le dernier des sous-sols, alors il monta par les escaliers.

L’écrivain vit de très beaux tableaux d’Ingres. À travers une vitre, il aperçut un grand tableau s’appelant Le songe d’Ossian, à l’étage inférieur. Puis, ayant pris des notes sur le deuxième étage, notre héros descendit pour le premier.

Là, il vit d’autres tableaux d’Ingres ainsi que quelques sculptures d’Antoine Bourdelle. Il prit quelques notes sur l’atelier de David puis il alla voir la suite avec le violon, les pinceaux, les premiers tableaux d’Ingres. Après avoir encore pris des notes sur cet étage, il descendit pour le rez-de-chaussée.

Là, l’écrivain vit encore plein de tableaux, de sculptures, mais surtout Madame Gonse (et la cafeteria). Ayant fini tout le rez-de-chaussée, il descendit pour voir d’innombrables sculptures de Bourdelle dont Héraclès. Il prit des notes. Puis, au deuxième sous-sol, où il vit la salle du prince noir présentant toutes sortes d’armes ainsi que des canons.

Ayant visité les cinq étages du musée Ingres-Bourdelle (M.I.B.), il fit le bilan de sa visite dans son carnet.

Il sortit du bâtiment et se retrouva donc dans la rue. Il se balada. C’était la rue de l’Hôtel-de-Ville. Il passa devant le magasin de pièces d’or pour remonter vers la cathédrale. La façade ressemblait beaucoup à la cathédrale Notre-Dame de Paris avec quatre statues au-dessus des trois portes avant de la cathédrale.

Après avoir pris des notes sur la façade, l’écrivain entra.

Dans la cathédrale, il vit de très beaux tableaux (encore) mais surtout un très grand et bel orgue. Il y avait aussi un pigeonnier et des corridors un peu partout pour passer d’un endroit à l’autre, il en profita pour regarder l’orgue, il prit quelques notes et sortit de l’édifice. Il entra dans une agence immobilière pour choisir sa nouvelle maison.

Puis il se dirigea vers le muséum Victor-Brun.

Là, il monte au dernier étage. Tout en haut du bâtiment il voit des squelettes d’animaux. Le muséum est plus petit que le musée Ingres mais tout aussi bien.

Au début il entre dans une grande salle, la première chose qu’il voit c’est un éléphant de cirque, mais avant l’éléphant il y a des fauves (des félins). Un lion le regarde à l’entrée. Il tourne sur la droite et il y a encore des félins, mais aussi des rapaces. Il continue son trajet et voit des pigeons puis des oiseaux marins. Il avance tout droit : des reptiles l’attendent. Un peu plus loin, plein de mammifères (de rongeurs surtout) sont là pour l’accueillir, mais aussi des poissons. Il marche encore un peu vers Lina et Fino, des renards à caresser, qui l’accueillent pour aller dans la deuxième salle où sont exposées des oiseaux dont une autruche et des perroquets. On a reconstitué le milieu naturel de certains mollusques et mammifères.

Maintenant l’écrivain marche jusqu’à la salle où Loulou le Blaireau, un animal qu’on peut caresser, l’attend. Dans cette salle, on voit plein d’oiseaux de tout genre : un paon, une chouette et encore plein d’autres animaux.

Dans la quatrième salle il trouve des poissons, des singes, des fragments de météorites et des cristaux. Après avoir pris quelques notes il commence à se diriger vers la prochaine salle.

Là, il y trouve beaucoup de beaux coquillages, de singes de toutes sortes, même un squelette humain. Une maquette a aussi été créée pour expliquer comment on trouve les animaux à empailler.

Il fit le bilan de l’ensemble et sortit. Notre héros se rendit dans la rue puis dans une cafeteria où il rassembla toutes ses notes pour en faire un livre.

Quelques mois plus tard, le livre est vendu en cinq mille milliards d’exemplaires. Bref, il fit un très grand succès.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email