Ses souvenirs du lycée ont refait surface

Alors qu’il était encore au lycée Bourdelle avec ses copains, un jeune lycéen âgé de dix-sept ans faisait de l’EPS (cours d’éducation sportive) avec un groupe d’élèves qui faisaient, entre autres, du travail et des études dans la restauration et la cuisine, dans le bâtiment A de couleur rouge du lycée Bourdelle, et avec lesquels il s’était lié d’amitié. Même si au début de 2015, il était très méfiant : peu confiance en lui et vraiment stressé.

Ses camarades de cette classe étaient assez cools et sympas, quoique certains d’entre eux faisaient des blagues, voire des conneries en classe, ce qui bien sûr l’avait bien fait rire. L’un d’eux, qui était assis devant lui alors qu’il se concentrait à corps perdu sur ses exercices d’anglais, ce camarade s’était mis à lui faire des grimaces. Le garçon, lui, il a fini par rigoler, se déconcentrer et se déstresser suite aux grimaces de son copain de classe.

En cours de sport à la Fobio (Montauban), il a fait énormément de sport : de la course d’endurance à trois fois 500 mètres, du foot, du basket, du badminton. Il s’était très bien entendu avec ses copains. Le jeune sportif a toujours aimé les sports collectifs.

Quand, mardi dernier, étant allé au skate park en face du lycée Bourdelle, ses souvenirs du lycée ont refait surface. Émotionnellement, JE me suis souvenu de ces moments passés, notamment avec mes potes d’APR (agent polyvalent de restauration), quand JE faisais du sport avec eux au stade de la Fobio. C’était le bon vieux temps.

Lucas Valette

Texte écrit dans le cadre de l’atelier « Lorsque j’entrepris de me souvenir », le 26 juin au Pôle Mémoire de Montauban (82), pendant lequel nous avons vu quelques minutes du film Les lieux d’une fugue de Georges Perec… et parlé de nous.

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email